L'érotisme :

L'érotisme symbolise l'amour et l'embrasement de deux êtres, l'harmonie, la conjonction des opposés, le mariage de la sensualité et de la pulsion sexuelle. C'est une fête au cours de laquelle deux êtres qui s'attirent vont s'unir dans une relation amoureuse, spirituelle, intime, libertine ou obscène. L'érotisme se différencie de la pornographie par son esthétisme. Il donne à la sexualité toute sa dimension affective, complice, séductrice, ludique et spirituelle.

Les Fantasmes :

Voir l'article >> Les fantasmes sexuels, peut-on les réaliser ?

« Bizarres, incongrus, obscènes ou pudiques, violents ou sentimentaux, romantiques, les fantasmes érotiques sont des mises en scène qui exercent à la fois une fascination très forte et une exacerbation des désirs. Les fantasmes érotiques et le libertinage sont à la fois cause et conséquence du bon fonctionnement de la sexualité, ils sont le reflet de l'érotisme individuel. » Marine Dietrich.

Une vie sexuelle et épanouie peut évoluer sans actes sadomasochistes car ils sont souvent la répercussion d'actes violents ou incestueux subis pendant l'enfance (article sur le masochisme).

Libertinage :

Au XVIIIème Siècle, le libertinage était un refus du catholicisme et de toute forme religieuse, politique et philosophique. Le libertin ou libre penseur, dans une pluralité de réflexions philosophiques n’est pas un personnage qui s’inscrit dans la débauche sexuelle, il lutte contre la répression et les interdits sexuels. Au XVIIIème siècle, l’écriture libertine met en scène, à travers le roman, une liberté de penser et d’agir qui incite à une liberté sexuelle teintée d’érotisme et de recherche du plaisir. Le libre penseur, le libertin est un épicurien qui, de par sa recherche, son intelligence, son mode d'être, son esprit éclairé et ouvert a atteint un important degré d'épanouissement. Il est affligeant que de nombreux libertins aient suivi des modes, n'en étant pas pour autant épanouis. Le vertueux psychorigide est une personne qui s'impose une conduite stricte, dure et rigide exigeant le sacrifice du bonheur présent pour un bonheur futur hypothétique.

Pour Séléna de Sade : « Le vertueux vit le bonheur présent dans sa foi, qu'elle soit catholique, bouddhiste, musulmane, juive...etc et y trouve du bonheur. Dans le bouddhisme le futur n'existe pas et ne pas se projeter dans l'avenir fait justement partie du bonheur. Il en est de même pour les wiccans. Le vertueux ne s'impose rien, il vit car il n'a pas à réfléchir vu que sa conduite est dictée par un Dieu. C'est dans le regard des autres qu'il s'impose des choses à lui-même comme lui-même peut penser que par mode, comme dans 50 Nuances de Grey, les autres s'imposent du sadomasochisme. Sa conduite n'est dure et rigide que dans le regard des autres. C'est une question de point de vue. Rousseau a eu une existence d'Hermite dans la nature et il y a trouvé la paix, la sérénité, sans être l'esclave de sa sexualité. »

Pervers : L’association du libertinage avec les clubs échangistes/BDSM et les sites de rencontres est un dérapage qui porte atteinte aux vrais libertins.  Loin d’être minoritaires, les conduites sexuelles qui existent depuis toujours, tel le Free Sex, les PQ et PQR, les relations extra-conjugales, les rapports bucco-génitaux, la sodomie, les rapports homosexuels, le fétichisme, le voyeurisme et l'exhibitionnisme, l'échangisme, le triolisme, la sexualité de groupe, le sado-masochisme, la bisexualité, la pluie d’or sont encore diabolisés alors que l’ensemble de ces conduites ne sont ni perverses, ni pathologiques.

De nombreux médias, de psychologues, de psychiatres tentent de nommer ces conduites de perverses pour les diaboliser. Les viols, les abus sexuels sur enfants, la pédocriminalité, la torture sexuelle, la zoophilie, l'inceste et la nécrophilie devraient être combattus comme de la perversion ou de la psychopathie. Il est préjudiciable de lire notre consœur Violaine Gelly définir le sadomasochisme comme une perversion qui utilise l’humiliation, la domination et la douleur pour atteindre la jouissance. Une journaliste pour culpabiliser les personnes ayant vu fifty shades of grey n’hésite pas pour discréditer cette pratique et la pornographie, d’énoncer qu’elles sont à l’émergence de la pédocriminalité. La sociologue Véronique Poutrain montre que les jeux sadomasochistes ont une place importante dans une vie sexuelle épanouie : la plupart des adeptes disent avoir été attirés par la soumission ou la domination, les décors, les scénarii, les pratiques SM, les mises en scène et l’esthétisme. Le monde du BDSM est fait de règles pour garantir la sécurité des participants, ce monde disparait. La banalisation du BDSM via des films comme 50 Nuances de Grey fait qu'aujourd'hui tout le monde fait n'importe quoi sur n'importe qui. C'est une histoire de mode. Le porno BDSM et les Gonzo ont participé à la désacralisation de cet art érotique.  Les Maîtresses et les Maîtres dignes de ce nom n'existent presque plus. Pascal du Club Cris et Chuchotements n’accepte que des personnes de talent respectant un Dress Code. Beaucoup de personnes désœuvrées se livrent au BDSM voir par besoin financier. Il n'y a aucune prévention sur les risques mortels de l'HPV dans les clubs échangistes/BDSM ni par le gouvernement, les médias, collèges, lycées alors que le nombre de morts (HPV de l'œil, vagin, anus, doigts, clitoris, gorge, langue) ont augmenté de 60 % entre 2000 et 2018. Le nombre de tué(e)s par " jeux " BDSM a lui aussi explosé.

En 1995, le magazine VITAL fait l'éloge du sadomasochisme comme la recherche de plaisir par l'intermédiaire de la soumission et de la douleur. Toutes celles et tous ceux qui ont une sexualité ludique et érotique, riche en créativité, différente d'une norme qui nous est imposée, ne sont pas des pervers.

A partir de quels critères, éthiques ou moraux quelqu'un peut-il se donner le droit d'intervenir sur des comportements sexuels qu'il jugerait comme culturellement, socialement ou religieusement différents ?

 

Filmographie : Belle de jour, neuf semaines et demi, histoire d’O, Domination, Lune de Fiel, Une histoire d’amour, La secrétaire, fifty shades of grey, Antichrist, Crash, Sade, La femme brulée, la vénus à la fourrure, D/S, Salo ou les 120 journée de Sodome…