Héros et idoles contemporains, pourquoi en avons nous besoin ?

Héros et idoles contemporains, pourquoi en avons nous besoin ?

Des grands héros homériques comme Achille, roi des Myrmidons en Thessalie, aux héros de Game of Thrones comme Ned Stark, Robb Stark, Jon Snow, Cersei, Sansa, Tyrion, Arya, Ramsay…

Depuis les temps les plus anciens et dans la Grèce antique, les héros sont des hommes, pas des Dieux. Ce sont juste des hommes qui accomplissent des prouesses extraordinaires. Pour que leurs noms traversent le temps et pour être honorés même après leur mort. Les psychanalystes s’intéressent à tout. Otto Rank explique qu’être une idole ou un héros est un des besoins les plus importants de l’être humain. J’ai choisi Game of Thrones, digne successeur du Seigneur des Anneaux de Tolkien. Il est contemporain et construit comme une véritable mythologie.

L’être humain a besoin de héros imaginaires

L’être humain a besoin de héros imaginaires. Plus que de grands personnages historiques exhibés en héros des temps modernes et encore moins de héros ordinaires. Le héros est une source d’inspiration, à ne pas confondre avec l’idole qui est l’image d’une divinité comme objet de culte.

Aujourd’hui, les chanteurs, acteurs ou autres sportifs sont donc des idoles mystifiées par les médias. Ils s’emparent de leur histoire pour manipuler, pour des raisons politiques ou de lobbying, un public. Ce public se laisse asservir comme dans la Rome ancienne (du pain et des jeux Traduction en français de la locution latine « Panem et circenses » employée par le poète et écrivain Juvénal – fin du 1er siècle et début du 2ème siècle – dans Satire X.).

Ainsi, les hommes se racontent ou racontent des histoires où des héros affrontent des monstres, des dragons, des épreuves en tout genre.

L’être humain a besoin d’être un héros

L’être humain a besoin d’être un héros vis-à-vis de lui-même ou aux yeux de quelqu’un. Cela lui permet de ne pas être submergé par sa dépression narcissique et pour s’identifier au héros par l’imagination. Les victoires du héros permettent de se sentir puissant dans une vie où l’individu est trop souvent dans l’impuissance.

Devenez un héros !

Pour être un héros, valeur essentielle pour exister, il faut oser affronter des rites, des épreuves, des combats, des enjeux pour révéler ses qualités :

  • sagesse et force,
  • vigilance et persévérance,
  • intelligence et courage,
  • valeurs et codes d’honneur.

Vous prendrez conscience de pouvoirs que vous ignoriez. Ainsi vous pourrez acquérir de la puissance non pas en votre nom mais au nom d’une force sacrée supérieure.

Sans enjeux, sans jeux, sans défaites, nous aurions les comportements psychoaffectifs d’un adolescent qui ne maîtrise ni la frustration, ni ses émotions.

Plus ce que vous affrontez est puissant, plus vous allez triompher de vous-même

Du coup, plutôt que d’affronter, vous vous identifiez à des héros imaginaires. Les films qui retracent des histoires qui se suivent avec les mêmes acteurs sont très tendance : James Bond, Mission impossible, Fast and Farious, Indiana Jones, Underworld, X-Men, Harry Potter, la trilogie de Matrix.

Le cinéma n’échappe pas au phénomène sériel très en vogue actuellement.  Plusieurs volets déclinent l’univers artistique, les personnages, etc., à travers lui. On parle d’œuvres dérivées pour désigner ces suites. Autre phénomène de société, les séries télévisées que les téléspectateurs regardent de plus en plus.

Des mondes fantasmagoriques…

Les héros des films sont de plus en plus confrontés à des mondes où la fantasmagorie est importante (dragons, monstres, elfes, magie, sorcellerie…). D’autres productions cinématographiques (Eyes Wide Shut, la trilogie Da Vinci Code, Benjamin Gates, les deux Sherlock Holmes…) mettent en scène des héros confrontés à des épreuves intellectuelles. Par exemple, à l’époque des Grecs (l’énigme posée à Œdipe par le Sphinx), où les rites sont importants et avec une identité communautaire en toile de fond. On trouve également une pléthore d’adaptations filmées à thématique issues des jeux vidéo comme Warcraft, King Rinsing, Final Fantasy, Max Payne, et où souvent les protagonistes doivent déjouer les énigmes les plus complexes. C’est le cas de Lara Croft dans Tomb Raider. Dans Assassin’s Creed, deux sociétés secrètes, la Confrérie des Assassins et l’Ordre des Templiers, s’opposent essentiellement sur leur vision du monde : les premiers prêchent un libre arbitre total, les seconds ont l’espoir de forger un monde meilleur.

Nos héros sont souvent des humains qui se déguisent

Ils sont dotés de pouvoirs surhumains et sont des symboles de générosité et d’altruisme. L’un d’entre eux est intéressant dans son positionnement : Superman, qui inverse tous les symboles. Ce super-héros extraterrestre se déguise en humain. Un espace de réflexion arrive après son initiation, lui permettant ainsi de s’isoler. Ce passage est important. Il le positionne dans son être-au-monde, une visite dans son intériorité qui met en scène ses deux alter ego : Clark Kent et Superman. Sa vie est secrète et basée sur des préceptes chevaleresques et ce dans ses deux vies. Clark sauvera plusieurs fois celle qui sera sa femme : Lois Lane.

Par Angélique & Erick Dietrich

En savoir plus >>  Interview du Docteur Dietrich sur les idoles

>> Dossier pédagogique« Héros et utopies »

logo de Roussillon Thérapies à Perpignan centre de Psychologie, sexothérapie, hypnothérapie, victimologie dans les Po par Erick Dietrich et Angélique Dietrich