Comment comprendre l’automutilation

Comment comprendre l’automutilation

L'automutilation est une forme de masochisme qui se rencontre chez l’enfant, l’adolescent mais également, chez l’adulte. Il s’agit d’actes impulsifs, répétitifs liés à une souffrance émotionnelle ne pouvant pas s’exprimer autrement. Cette souffrance conduit à des blessures ne menaçant pas le pronostic vital et sont, souvent, sans intention de suicide.

La violence de la souffrance psychologique et émotionnelle, ou de la surcharge énergétique, est telle que la mutilation s’impose. Telle une tentative de maintenir un équilibre psychologique et émotionnel et d’empêcher l’explosion fantasmée due à la surcharge énergétique.

« C’est le sacrifice d'une partie pour sauver le tout » Le Breton.

Types d'automutilation les plus rencontrés :

  • scarification et, parfois, boire son sang (80%),
  • coups répétitifs (25% dont se taper la tête dans les murs 10%),
  • brûlures (21%),
  • morsures (10%),
  • s’arracher les cheveux ou les ongles, etc….

Quelles sont les parties du corps les plus ciblées ?

Les zones ciblées sont les avant-bras, le ventre, les cuisses mais, également, les organes sexuels.

La personne qui s’ automutile peut rechercher dans son masochisme un tiers sadique pour déresponsabiliser ses conduites d’automutilation.

L’automutilation = SAD : « Syndrome d’Automutilation Délibérée » DSM IV « Trouble du contrôle des impulsions non classé ailleurs ».

Un phénomène sous-estimé considéré comme honteux

Ce phénomène est souvent associé :

  • Aux troubles alimentaires 50%,
  • Autres conduites addictives : 8,9% toxicomanie, 26% alcoolisme,
  • Dépression et Anxiété : 45 à 72%.

Il existe, également, un risque suicidaire.

Suite à de nombreuses études, l'apparition d'automutilation doit faire penser à des abus sexuels, de la violence et de l’inceste dans l’enfance.

L'automutilation et le masochisme permettent d'attaquer les images de la mère qui a été intériorisée dans l'intime.

Ces personnes conservent en eux l'image d'une mère toxique et abandonnique. Cette image les détruit de l'intérieur et les entraînent dans des comportements dangereux. Ces personnes peuvent transformer l'automutilation en masochisme. Pour cela elles choisissent un/une partenaire qui va répondre à leur masochisme soit dans des jeux sexuels sadomaso soit dans des formes de violences conjugales. L’utilisation d’un ou une partenaire permet de passer d’une position passive à une position active, de reprendre la maîtrise des pulsions sexuelles en les déléguant à ce ou cette partenaire choisi(e).

Découvrir l'article d’Angélique Dietrich et Erick Dietrich, Thérapeutes sur Montpellier & Perpignan >> MASOCHISME : De l’inconscient à l’utilisation des symboles

logo de Roussillon Thérapies à Perpignan centre de Psychologie, sexothérapie, hypnothérapie, victimologie dans les Po par Erick Dietrich et Angélique Dietrich